Gigantesque manifestation prenons la Ville

La manifestation qui a eu lieu le 17 mars dernier, c’était une macro manifestation qui protestait, entre d’autres causes, contre la procédure de l’Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) sur le contrôle exercé sur les personnes en exil conditionnant leur accès à l’aide d’urgence. La confédération helvétique pose beaucoup de problème à ces personnes comme le fait de les loger dans des bunkers ou des foyers surpeuplés avec soit un plateau-repas soit un bon de 10 francs par jour. Les exilés ont l’interdiction de travailler et il arrive que l’Etat ou l’Hospice général leur retire, sous n’importe quel prétexte,ce soutien dérisoire. Depuis le premier mars dernier, les autorités ont créé une nouvelle directive qui demande aux personnes concernées de passer par le Service d’asile et repatriement de l’aéroport puis par l’OMCP pour faire tamponner leur papier, ce qui augmente le risque qu’il soient arrêtés ou expulsés. Le système de l’asile et plus particulièrement l’aide d’urgence a pour but à dégoûter les personnes en exil pour qu’ils quittent le pays ou qu’elles passent dans la clandestinité. De plus, les manifestants ont aussi montré leur soutien et solidarité avec la ville d’Afrin,située dans La région de Rojava (Syrie), où 900 000 civils dont des personnes réfugiées du conflit armé y sont piégées et plus de 400 défenseurs ainsi que 200 civils ont été tués. Le peuple du Kurdistan syrien confrontent seuls à la Turquie d’Erdogan et ils sont les seuls à mettre en place, à travers leur système fédéraliste, des solutions démocratiques durables en Syrie. La communauté internationale garde silence face à ce desastre imminent, c’est pourquoi la région de Rojava appelle à une mobilisation populaire internationale.

Par Leticia Cañete