La piñata

L’origine de la piñata vient probablement de la Chine avant de passer par l’Italie et finalement par le Mexique grâce aux missionnaires espagnols pendant la “conquista” autour de l’an 1525.
Les missionnaires décidèrent, donc, de l’utiliser, pour se rapprocher du peuple indigène.
Une grande boule décoré et coloré, pleine des fruits et de surprises, attirent les futurs paroissiens qui attribuent à la piñata, la représentation du diable et des 7 péchés capitaux.
Petit à petit, cette fête perd son côté religieux pour devenir une pratique culturelle durant les fêtes et durant les anniversaires. Elles ont des formes très variables, toujours à la mode, d’un film, d’un héros ou d’une princesse parfois aussi d’un politicien connu. C’est intéressant que la piñata peut représenter une image agréable tout autant que quelque chose de détestable.
En Europe, la piñata devient une pratique joyeuse d’un goûter d’anniversaire. Réalisée à partir de matériaux facilement cassables et de papier, avec des bonbons et des petits jouets décorés des couleurs vives, elle prend souvent la forme étoilée et elle peut aussi prendre une forme animale, selon les goûts des enfants, comme au Mexique.
Aujourd’hui, la pinata et sa tradition sont inscrites dans l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel, par le Ministère de la Culture, depuis 2010.
De nos jours, la tradition est plus ou moins fortement présente dans plusieurs régions du monde.

Au moment de casser la piñata, tout le monde arrive pour cueillir des fruits, des noix, des bonbons qui sortent d’elle. Mais on doit se souvenir que le batteur est encore aveugle et il ne sait pas que la piñata est en train de se casser. Les gens s’approchent très vite sans voir que le bâton continue à battre la piñata. C’est le moment plus marrant et le plus joyeux.
Après tout cela, le gens reviennent à leurs places pour continuer la fête, à boire, à manger, à danser.

Quelle est le processus de cassage de la piñata?
Cela se passe toujours dehors. Les invites vont à l’extérieur.
La piñata est accroché et monté en haut d’un câble, d’un côté à l’autre côté d’un patio. Elle se trouve au milieu. Le participant joue avec les yeux attachés, aveugles, non voyant. Il prend un bâton en bois et il commence à battre la piñata. Mais pendant ce temps, un autre participant agite la piñata et le casseur est en train de battre l’air autour de lui. En attendant tout le monde chante:

 »Dale, dale, dale,
no pierdas el tino ;
Porque si lo pierdes
pierdes el camino.

Dale, dale, dale,
Dale y no le dió ;
Quítenle la venda,
Porque siguo yo
¡Se acabó!

Traduction :
Frappe-la, frappe-la, frappe-la (ou « vas-y, vas-y, vas-y »)
Ne perds pas ton adresse ;
Parce que si tu la perds
Tu perdras le chemin

Frappe-la, frappe-la, frappe-la,
Frappe-la, et il l’a raté
Enlevez-lui le bandeau
Parce que c’est mon tour

C’est fini pour la première ronde. Et la deuxième personne commence à combattre avec son bâton en bois. Tout le monde continué en chante:

Dale, dale, dale ;
Ya le diste una ;
Ya le diste dos ;
Ya le diste tres ;
¡Y tu tiempo se acabó

Traduction :
Frappe-la, frappe-la, frappe-la ;
Tu l’as déjà frappée une fois
Tu l’as déjà frappée deux fois
Tu l’as déjà frappée trois fois
Et ton tour est terminé !

Cela peut durer longtemps, mais ATTENTION chers participants!

Silvia