Son regard en tant que

Krystelle : Comment avez-vous connu l’Espace Solidaire Pâquis ?
Hanaa : Ma sœur y avait fait un stage il y a 5 ans.
Krystelle : Pourquoi l’Espace Solidaire Pâquis ?
Hanaa : Parce que ma sœur m’a dit qu’à l’ESPâ je pouvais interagir avec les passants et
pratiquer plusieurs activités.
Krystelle : Que veux-tu faire plus tard ?
Hanaa : J’aimerais être employée de commerce, mais je me cherche encore.
Krystelle : Qu’est-ce qui t’as le plus touché à l’ESPâ ?
Hanaa : Les histoires de vie des passants et le combat de Rajagopal.
Krystelle : Que peux-tu dire sur ton expérience ?
Hanaa : J’ai été très bien accueilli par l’équipe et ils ont bien répondu à toutes mes questions.

 

Krystelle : Comment avez-vous connu l’ESPâ ?
Fernando : J’ai connu l’Espace solidaire Pâquis par des amis qui vivent depuis longtemps à
Genève.
Krystelle : Que vous apporte l’ESPâ ?
Fernando : Je viens y apprendre le français et surtout parce que c’est gratuit. Pour aussi,
me crée un réseau et rencontrer des gens qui ont le même but que moi (travail, activités)
Krystelle : Depuis combien de temps êtes-vous à Genève ?
Fernando : Ça fait 5 mois et je m’y plais.
Krystelle : Si vous pouviez changer une chose dans le système Suisse, qu’est-ce que ce serait ?
Fernando : Le système des assurances maladies pour les gens qui viennent d’arriver en Suisse.
Je le trouve beaucoup trop cher alors que dans mon pays, le Brésil, c’est gratuit.
Ps : Je voudrais remercier énormément l’ESPâ pour son travail.